Pour en finir avec la discrimination canine

Publié le par Johanne Parent

Malgré notre société dite évoluée, la discrimination existe dans le milieu canin. Des refuges, SPA et SPCA condamnent des molosses de type Pittbull à l’euthanasie… simplement en se basant sur leurs critères physiques. Des municipalités interdisent les races de type molosse sur leur territoire. La province de l’Ontario a même mis en place une loi anti Pittbull.

Pourquoi cette étiquette discriminative contre le Pittbull ou les molosses en général? La discrimination raciale doit cesser! Il faut mettre fin aux mythes et à la fausse information.

Mon travail, c’est l’éducation des propriétaires et de leurs chiens. Ma passion, c’est le chien … peu importe son pyjama!

Une race, ce n’est rien d’autre qu’un pyjama. Sous ce pyjama se trouve un chien, compagnon de l’Homme depuis des siècles et même des millénaires. TOUS les chiens peuvent mordre et causer des blessures graves. Les règles doivent être les mêmes pour toutes les races canines. En d’autres termes, fini la discrimination.

La discrimination envers une race spécifique porte préjudice aux familles qui aiment et prennent grand soins de leurs chiens, partageant leur vie familiale avec eux. La discrimination envers un chien en se basant sur son apparence ou sa race est non seulement inefficace, mais sans réel fondement logique. On condamne le chien. On punit et on règlemente le mauvais bout de la laisse…

Ce qui est vrai pour un Pittbull est aussi vrai pour TOUTES les races de chien.

  • Aucun chien n’a une mâchoire dite « locking jaw » comme on le prétend
  • Aucune race peut être étiquetée de « dangereuse pour l’humain »
  • Aucune municipalité ne peut être en sécurité en bannissant une race de leur territoire
  • Aucun chien ne devrait être étiqueté « potentiellement dangereux » sans avoir préalablement été évalué par un véritable professionnel en comportement canin

Peu importe sa race ou sa provenance, le chien est un individu possédant sa propre personnalité. C’est important de comprendre ce fait. Un chien est d’abord un individu… ensuite une race. Si on ne mets pas fin à la discrimination raciale, on se retrouvera d’ici quelques décennies avec des lois anti Doberman, Berger Allemand, Rottweiller, Malinois, Akita, Malamute, SharPei, ChowChow, Dogue…

Les gens qui votent pour ces lois ont peur des chiens, particulièrement les grandes races ou les races puissantes (molosses) ou ils plient sous la pression de groupes anti race. Ils ne comprennent pas la psychologie du chien et sont incapable de s’apercevoir que le problème se situe ailleurs. Il faut bannir les stéréotypes!

Un Chihuahua mal socialisé peut mordre et causer de sérieuses blessures à un enfant! Un Border Collie dont l’éducation fut négligée et qui n’a pas acquis ses autocontrôles peut aussi mordre et causer des blessures graves!

La morsure n’est pas une question de race. C’est une question de responsabilité sociale. Un chien doit impérativement être socialisé dès sa naissance et être éduqué convenablement pour que son intégration familiale soit optimale. L’éducation et la socialisation sont indispensables pour prévenir la délinquance canine et l’agressivité.

Cessons de discriminer les races et faisons en sorte que tous les chiens soient traités de la même façon juste et équitable. Favorisons les bonnes pratiques en élevage (socialisation, vente aux particuliers, éducation) et la responsabilisation du futur propriétaire (acheter son chien chez un éleveur ayant de bonnes pratiques d’élevage, socialiser et éduquer son chien).

Interdisons la vente en animaleries, centres canins et autres commerces, incluant les encans et on aura enfin fait un premier pas positif! Commençons par responsabiliser les propriétaires de chiens. Incitons-les à suivre des cours d’éducation avec leurs compagnons canins… et ce, peu importe la race!!!!

L’agressivité envers l’humain ne sera jamais une question de race…

Pour en finir avec la discrimination canine