Pour en finir avec la punition

Publié le par Johanne Parent

Depuis quelques années, le mot punition est mal vu en éducation canine, particulièrement parmi les amoureux des chiens prônant le renforcement positif. Pourquoi le mot punition est-il si mal vu? Qu’est-ce qu’une punition? La punition est-elle nécessairement négative? La punition positive existe-t-elle?

Tout d’abord, faisons l’étymologie du mot punition. Nom féminin issu du verbe punir. Le verbe punir signifie « frapper d’une sanction ou d’une peine pour avoir commis un délit ou un acte répréhensible ». Quels synonymes de « punir » pouvons-nous trouvez?

Sévir, condamner, châtier, sanctionner, corriger… Tous ces mots vous apportent certainement des images négatives en tête. En tout cas, moi j’en ai eu, et certaines qui ne sont pas jolies! Malgré tout, le mot punition ne m’apporte pas d’images nécessairement négatives. Ce qui est négatif en soit, c’est l’abus. L’abus de pouvoir, l’abus de se penser supérieur à l’autre et d’infliger coups et blessures juste pour le principe. L’esclavage est le meilleur exemple d’abus de pouvoir. L’abus physique sur un chien est un autre exemple. Par contre, si je m’adresse aux parents d’enfants âgés de 2 à 8 ans, que veut dire punir pour vous? Pour moi, la punition est, ni plus ni moins, une conséquence à une action non acceptable. Un comportement inacceptable est donc punissable, puisqu’il peut entraîner une sanction ou une peine.

WOW! Je viens de me faire crucifier!!! Déjà, avec mon article « Pour en finir avec les colliers et les harnais », certains croient que je suis en accord avec l’utilisation d’outils perçus négativement (ex : étrangleur). Pourtant, cet article ne fait la promotion d’aucun accessoires ou outil. Il explique seulement que tous peuvent causer des problèmes.

Revenons à la punition. L’antonyme de punir est récompenser. On revient au principe même de base en apprentissage qui est l’équilibre entre punition et récompense. Pourquoi le mot équilibre? Parce que dans la vie tout n’est pas YIN ou YANG. Il faut un équilibre.

En déséquilibre, on se retrouve dans l’abus. L’abus cause uniquement un effet négatif. En abusant de punition en éducation ou dressage canin, on se retrouve avec un chien peureux, méfiant ou agressif. Mais, il ne faut pas oublier le revers de la médaille! En abusant de récompenses (en particulier de la friandise), on peut facilement se retrouver avec un chien manipulateur, trop excité, non concentré ou agressif!

Une punition peut être physique. Voici quelques exemples : coup de collier, claque, coup de pied, morsure, reculer de 2 pas, obliger un décubitus latéral. (Attention chers lecteurs… ne pas lire que je suis en accord avec toutes ces punitions!)

La punition peut aussi être psychologique. Par exemple : mot, son, attitude.

  • Un mot (non, à terre, laisse, descend, tais-toi, chutt…) est punitif, ou du moins ce mot est dit pour aviser le chien que son comportement est inacceptable. Il s’agit donc d’un mot « sanction ».
  • Un son (grognement, bruit aversif) est punitif.
  • L’attitude corporelle du propriétaire est aussi une punition!

En fait, la punition idéale dans un contexte d’éducation canine est tout simplement issue du langage corporel et verbal du propriétaire et sert uniquement à aviser le chien qu’il est sur la mauvaise voie. Lorsqu’une punition de ce genre est utilisée, elle doit impérativement être rapide, courte, précise et suivie par une récompense dès l’arrêt du comportement indésirable. Sans quoi, la punition n’aura aucun effet positif sur l’apprentissage. La récompense doit suivre la punition dans la demi-seconde qui suit l’arrêt du comportement. La punition est peut-être synonyme de sanction ou de correction, mais elle est aussi synonyme en éducation positive de : modification, guidance et rectification.

Voyons ensemble quelques exemples de comportements pouvant entraîner l’utilisation de la punition :

  • Le fait de restreindre le mouvement d’un chien au moyen d’une laisse ou d’une longe (le chien n’est pas libre, mais retenu dans un périmètre donné) attachée à un collier ou un harnais peut être perçu par le chien comme une punition. Dès qu'une laisse ou une longe est tendue ou en contact (comme la rêne avec le mors pour l'équitation), il y a "punition" puisque le chien ne peut continuer d’aller où il veut.
  • Le chien saute sur moi. Le simple fait que je recule de 2 pas, même sans dire un mot, pour qu’il retombe sur ses pattes, est une punition.
  • Le chien monte sur le canapé. Le simple fait de lui dire « Descend » ou « À terre » est une punition parce que le chien voulait dormir sur le canapé alors qu’on ne veut pas.
  • Le chien quémande. Ne pas donner la friandise est une forme de punition perçue par le chien. La manger au lieu de la lui donner est aussi une punition!
  • Le chien n’exécute pas le bon comportement. Beaucoup de pro-clicker vont effectuer un son pour signifier au chien qu’il est sur la mauvaise voie. Ce son est aussi perçu comme une punition par le chien.

Là on va me dire que je confonds punition et renforcement. Oui et non. Voici pourquoi :

  • Le chien distingue-t-il renforcement négatif et punition? Existe-t-il une preuve scientifique qui prouve que le chien est en mesure de différencier R- et punition? Non. L’animal ne fait pas cette distinction.
  • Renforcement négatif et punition se chevauchent souvent dans la vie quotidienne du chien. Rien n'est blanc ou noir dans le domaine du dressage et de l'éducation, que ce soit avec un chien, un chat, un fauve, un éléphant, un cheval... Punition et renforcement négatif sont perçus de la même façon par l’animal.
  • Appliquer une pression sur le collier avec l’aide de la laisse (P), ou retirer une pression sur le collier en relâchant la tension sur la laisse (R-); quelle est la différence pour le chien? Du point de vue du chien, les 2 sont reliées à une punition qui a été donnée.

On joue simplement un jeu dangereux en voulant à tout prix différencier R+,R-, P+, P- avec les propriétaires de chiens. Ce sont des concepts qu’un professionnel doit comprendre, mais à vouloir devenir trop spécifique, on mélange les cartes et le propriétaire s’y perd.

Alors que même les différents spécialistes du comportement (psychologues, psychiatres, éthologues, etc) ne sont pas 100% en accord entre eux sur ces termes et leurs définitions, comment ne pas entrer dans une guerre de mots? Le propriétaire de chien ne veut pas devenir un professionnel. Il veut simplement apprendre comment éduquer son chiot, comment se faire obéir de son chien et comment corriger les comportements inacceptables. Le client normal s’y perd quand on veut trop axer sur les mots et leur signification.

Une punition peut être positive ou négative. Un renforcement négatif peut devenir une punition. Dans bien des cas, punition et renforcement négatif doivent se chevaucher en apprentissage (éducation, rééducation). La dangerosité n’est pas leur utilisation, mais leur mauvaise utilisation. Un clicker mal utilisé n’est pas mieux qu’un collier mal utilisé, et vice-versa.

Quand je vois sur Internet ou dans les boutiques pour animaux de plus en plus de gadgets stupides pour corriger le chien, je me dis qu’on est loin de peser fort dans la balance auprès des propriétaires de chiens avec nos friandises et notre R+ !

Qui a besoin d’un tapis à pics pour mettre sur le canapé pour empêcher son chien de s’y coucher? Qui a besoin d’une muselière élastique pour faire cesser l’aboiement? Qui a besoin d’un collier anti-aboiement? Qui a besoin d’une bonbonne à jet d’air pour son chat ou son petit chien? Qui a besoin de trappe à souris munie d’un clapet pour empêcher son chien de faire des bêtises? Là, je dis non à tous ces gadgets qui n’enseignent strictement rien. Ce sont tous des accessoires vendus sur le marché sans autres explications que de punir le chien fautif. Et la rééducation? Le mode d’emploi rééducatif ne vient pas avec ces accessoires!

Le milieu canin est rempli de guerres de mots de ce genre (punition, renforcement, collier, harnais, éducation, dressage, obéissance, etc). Personnellement, je trouve dommage de voir des professionnels canins (dresseurs, éducateurs, entraîneurs, maîtres-chiens, comportementalistes, béhavioristes, etc) se battre pour un simple mot.

Arrêtez de faire l’autruche et cessez de porter des œillères!

Un mot ne reste qu’un mot. Et chaque mot peut être interprété à toutes les sauces. Les avocats s’en régalent! Ils savent comment interpréter les mots pour faire valoir leur côté positif ou négatif selon les besoins de leur clientèle. Ils sont payés pour ça!

Ce qui compte en éducation, ce n’est pas l’accessoire utilisé ou le mot employé. Ce qui compte par-dessus tout, c’est le chien. Il faut le respecter en tant qu’individu. Il est notre égal. On ne devrait pas lui faire ce qu’on ne voudrait pas se faire faire.

Le chien est un membre de la famille et de la société en général. Comme tous ses membres, il doit respecter les règles de vie familiale et les lois. Lorsque le conjoint ou l’enfant ne respecte pas les règles familiales, une sanction ou punition prend place. Qu’il s’agisse d’une engueulade, d’une interdiction de sortie ou du retrait d’un jouet, ce sont tous des punitions. Lorsque le chien ne respecte pas son territoire et fugue, une contravention peut être émise. Encore une fois, c’est une punition.

Là où le bât blesse, c’est l’abus physique de la punition. Frapper un chien ne devrait jamais se faire. Se servir du collier pour administrer des coups avec la laisse ne devrait jamais se faire. Frapper un chien à coups de pied ne devrait jamais se faire. Battre un chien à mort est inacceptable.

Par contre, il ne faut pas tout mettre dans le même panier. Pour intervenir dans une bagarre de chiens, pour stopper la bagarre, on n’a pas le choix d’intervenir physiquement. Quand un chien mord un humain, il devient difficile de rester stoïque et calme. La plupart vont répliquer physiquement envers le chien, jusqu’à ce qu’il lâche le morceau! C’est un instinct naturel de survie! Dans ces cas précis, je ne pense pas que la punition physique puisse réellement être considérée comme un abus physique gratuit. Si je me trompe, tant pis. Mais, dites-vous que lorsque vous serez mordu par un chien, nul ne sait comment vous réagirez. Soit votre instinct de survie prendra le dessus et vous frapperez le chien, soit vous figerez dans la peur. Pour ce qui est des bagarres entre chiens. J’en ai vu plusieurs au court de ma vie et si on n’arrête pas la bagarre rapidement, il peut y avoir tuerie (mort de l’un des chiens impliqués). Tirer un chien par une patte arrière ou la queue est un acte dangereux pour celui qui le fait car le chien peut se retourner et mordre l’humain qui intervient. L’eau froide ne sert à rien dans bien des cas. Crier ne fait que stimuler les chiens davantage. Que feriez-vous en cas de bagarre???

Le chien restera toujours un chien. Même avec toute l’empathie du monde; même avec toute notre bonne volonté d’exclure toute coercition du monde canin en général; le chien ne deviendra jamais un mini humain que l’on peut raisonner calmement en lui expliquant pourquoi il ne doit pas agir ainsi. Le chien réagit par émotion instinctive. Il est frustré, il pourra le démontrer par grognements et morsures. Il est peureux ou souffre d’insécurité, il pourra le démontrer par une attitude basse et de l’anxiété. Plus encore, le chien réagit aux émotions de son humain. Si l’autre bout de la laisse n’est pas calme et en parfait contrôle de soi, le chien réagira.

Vaut mieux ne pas s’attarder sur un mot ou un outil et travailler sur l’humain pour :

  1. lui donner confiance en lui
  2. l’aider à comprendre son chien (attitudes, mimiques, comportement)
  3. éduquer le chien pour en faire un bon citoyen canin en utilisant des méthodes positives et agréables pour le chien et son propriétaire
  4. s’ajuster au cas par cas car chaque chien, chaque humain possède sa personnalité propre et ce qui fonctionne bien avec l’un peut devenir un désastre avec l’autre
  5. offrir au propriétaire une voie acceptable dans la réprimande/punition de son chien… pour éviter l’abus physique

Combien de fois j’ai reçu des commentaires du genre : « Je suis désolé. Je sais que ce n’était pas la chose à faire, mais ça a été plus fort que moi. Je l’ai frappé avec ma main. »

Mieux vaut expliquer aux gens comment utiliser la punition adéquatement, que de recevoir ce genre de commentaires. En tout cas, c’est mon opinion.

Et je le rappelle encore pour les quelques connards de professionnels qui se targuent de me discréditer sans me connaitre réellement et qui pensent tout savoir en ce qui concerne le chien : je suis contre la coercition en éducation canine.

Je suis contre l’abus de pouvoir, l’abus physique et psychologique du chien. Oui j’ai connu la méthode étrangleur, Volhard et collier à pics. Oui j’ai connu des gens qui aiguisaient des colliers à pics pour corriger un chien. Oui j’ai aussi connu des gens qui fermaient la gueule d’un chien avec du ruban collant pour ne pas l’entendre gueuler quand ils appuyaient sur le bouton du collier à choc. J’ai connu des hommes et des femmes qui se prenaient pour des Dieux du dressage, alors qu’ils n’étaient que de simples bourreaux! Ça ne veut pas dire que j’aie été en accord avec eux ou que j’aie utilisé ces méthodes coercitives et abusives.

Mes méthodes sont positives depuis le début des années 90’. Depuis le jour où je me suis présentée au centre canin avec ma 1ère femelle Eurasier et qu’un « professionnel » m’a dit de mettre ma poubelle au congélateur et d’acheter un « vrai » chien… parce que le coercitif ne fonctionnait vraiment pas avec elle.

RÉFÉRENCES :

Je remets ici un résumé que j’avais précédemment publié au sujet du R+, R-, P+, P-

Définitions tirées de Pamela J.Reid dans son livre EXCEL-Erated Learning.

Stimulus = Réponse = Conséquence
La conséquence est soit un renforcement, soit une punition

Renforcement Positif : Le R+ implique la présentation d’une bonne conséquence quand la réponse est donnée. Ce qui veut dire, vous dites ‘assis’ (stimulus), le chien s’assoie (réponse) et vous lui donnez un biscuit (conséquence). Ceci sert à augmenter la possibilité d’une bonne réponse dans le futur. Majoritairement, l’entraînement d’un chien est basé sur des méthodes qui incorporent le R+. Le comportement humain est aussi régit par le R+ : l’enfant fait ses devoirs, l’enfant obtient une bonne note ; une personne travaille fort pour plusieurs mois, la personne profite ensuite d’une période de vacances.

Renforcement Négatif : Le R- implique le retrait d’une mauvaise conséquence quand la réponse est donnée. Ce qui veut dire, vous dites ‘assis’ en tirant sur le collier étrangleur, le chien s’assoie et vous arrêtez la pression sur le collier (vous relâchez la laisse). Ceci sert aussi à augmenter la possibilité d’une bonne réponse dans le futur. R- est aussi une méthode commune pour contrôler le comportement : l’enfant fait ses devoirs pour éviter de se faire punir par maman; une personne frappe sur le mur pour se plaindre du bruit du voisin.

Punition Positive : La P+ implique la présentation d’une mauvaise conséquence quand la réponse est donnée. Ce qui veut dire, vous dites ‘assis, le chien se couche, vous le replacer assis en tirant sur la laisse, vous relâchez dès que le chien est en position assise. Ceci sert à diminuer la possibilité de cette réponse (position couchée) dans le futur. On voit beaucoup de P+ : l’enfant frappe son frère, le père puni l’enfant; le chiot urine sur le plancher, le chiot reçoit un coup de journal roulé.

Punition négative : La P- implique le retrait d’une bonne conséquence quand la réponse est donnée. Ce qui veut dire, vous dites ‘assis’, le chien se couche, vous mangez le biscuit que vous vouliez lui donner. Ceci sert aussi à diminuer la possibilité de la réponse (position couchée) dans le futur. L’enfant dérange à la table pendant le repas, la télé se ferme; la personne conduit en état d’ébriété, la personne perd son permis de conduire.

Action

Stimulus

Donner

Retirer

À utiliser

R+

Présenter quelque chose de bien

Renforci le comportement

P-

Retirer quelque chose de bien

Diminue le comportement

À éviter

P+

Présenter quelque chose de ‘mal’

Diminue le comportement

R-

Retirer quelque chose de ‘mal’

Renforci le comportement

RENFORCEMENT positif ou négatif augmente la possibilité du comportement (réponse)

PUNITION positive ou négative diminue la possibilité du comportement (réponse)

RÉSUMÉ (par Johanne Parent)

R + : quand le chien exécute le comportement, je récompense. Le chien qui court après les voitures est lui aussi en R+ puisque les voitures fuient à son signal (aboiements). Le contenu appétant ou divertissant de la poubelle est aussi un R+ intéressant pour le chien!!!

R- : quand le chien fait une erreur, ne donne pas le bon comportement, je corrige physiquement ou verbalement. La poubelle qui punie le chien quand il la renverse est un R-. Des ballons qui flottent au-dessus d’un canapé agissent comme R- chez un chien ayant peur des ballons…

P + : quand le chien fait une erreur, ne donne pas le bon comportement, je replace le chien physiquement pour exécuter le bon comportement. Le chien qui reçoit un choc « au moment même où il aboie » est aussi un P+….. mais le problème c’est le timing imprévisible de ces appareils…. donc rarement efficace.

P- : quand le chien n’exécute pas le comportement, on le mets dans sa cage… donc retrait du jeu, retrait de l’attention.

Pour en finir avec la punition