Le chien est-il un animal servile?

Publié le par Johanne Parent

Oui. Le chien est un animal captif, donc servile. Il est 100% dépendant de l’humain. Le chien est dans l’obligation de s’adapter et de faire ce que les humains lui demandent, sans quoi il risque l’abandon ou la peine capitale. Je sais que cette affirmation ne plaira pas à tout le monde, mais c’est la réalité.

Le chien ne choisit pas sa maison, son propriétaire, sa famille ou son environnement. Il doit partager le territoire humain (la maison familiale) et ne décide pas de rentrer et de sortir quand bon lui semble, ni d’aller où il veut. Plusieurs propriétaires de chiens doivent parfois user d’ingéniosité pour empêcher leur chien de sortir de la cour clôturée et de fuguer, au risque d’utiliser des méthodes pas toujours positives pour le bien-être du chien. En fait, le meilleur ami de l’homme est retenu prisonnier dans nos foyers par des murs, des clôtures ou un enclos.

Le chien ne choisit pas ce qu’il veut manger, ni ses heures de repas. Le chien est dépendant de nous, que ce soit pour l’attention, l’affection, les repas, le toilettage ou les soins de santé. Certains sont plus chouchoutés que d’autres, mais tous dépendent de l’homme pour survivre.

Qu’en est-il de l’affirmation que le dressage rend le chien servile?

Si on ose comparer le chien à un esclave, tel que l’esclavagisme des noirs existait il y a moins de 100 ans, il faut le faire de la bonne façon. Certaines esclaves tombaient par chance entre les mains de propriétaires respectueux qui leur offraient une alimentation et un logement adéquat. D’autres par contre, malheureusement la majorité, avaient des propriétaires qui abusaient d’eux violemment, leurs repas et leur logement laissent grandement à désirer.

Le chien d’aujourd’hui peut tomber entre les mains d’un bon ou d’un mauvais propriétaire. Le bon propriétaire lui offrira le gite et couvert adéquat pour son espèce. Il lui offrira les soins vétérinaires requis et sera à son écoute.

Du côté des mauvais propriétaires, on retrouve 3 catégories : l’abuseur, le négligent et le gaga.

L’abuseur est celui qui use de violence pour se faire respecter du chien. Ce type de propriétaire est, du moins je l’espère, en voie de disparition… grâce à l’éducation et les connaissances du chien qui sont véhiculées via les médias sociaux.

Le négligent est celui qui offre gite et couvert au chien, sans plus. Par exemple, le chien attaché dehors à une niche 24h/24 7jours/7, ou laissé seul toute la journée dans un enclos. Il est souvent victime de négligence (maigreur, poil non entretenu, éducation bâclée), et développe bien souvent de nombreux problèmes dû au manque social et à la négligence.

Le gaga est celui qui dorlote son choupinet et le considère comme son bébé. Il est habillé, dorloté, cajolé, pour tout et pour rien. La plupart du temps, il est de petite race et ne sait pas marcher sur le sol puisque son propriétaire le promène dans ses bras. Ce chien est la majorité du temps anxieux, peureux, méfiant… et agressif par manque de confiance en lui.

Quel genre de propriétaire êtes-vous?

Le chien a besoin d’écoute et de contacts sociaux. Il aime jouer, s’amuser et collaborer avec l’humain. Le chien n’est pas une poupée ou une peluche. Il a des besoins et des sentiments.

Et puisque nous parlons de mythe, le chien est un opportuniste, n’attendez pas qu’il agisse autrement que dans son intérêt. Tout ce que le chien fait a pour but d’obtenir ou éviter quelque chose. Le chien ne fait rien pour faire plaisir. Il fait ce que vous lui demandez dans l’espoir d’obtenir une récompense, ou d’éviter une punition!

Comment aidez son chien à vivre une vie équilibrée?

Alors que nous vivons dans un monde où la parole est de grande importance, le chien vit dans un monde d’odeur. Son odorat est le sens le plus développé. Ça signifie qu’il doit avoir l’opportunité quotidienne de renifler son environnement. Quand 2 chiens se rencontrent, ils se reniflent les parties génitales car c’est là que se trouve les odeurs les plus importantes pour lui! Le chien communique (transmission et réception d’information) par les odeurs corporelles! Alors, ne soyez pas gênée par le chien qui renifle aussi un humain!!!

Le chien n’est pas muet! Tous les chiens sont vocaux, certains moins que d’autres. Mais qui a envie d’un chien qui aboie? Vous aimez que le chien manifeste sa joie, avertisse de la venue de visiteurs, garde la maison… mais en fermant sa gueule! Pourtant, est-ce qu’il vous viendrait à l’idée d’interdire au cheval de hennir et au mouton de bêler? Le chien est un chien, et il s’exprime par l’aboiement (incluant gémissements, etc). Pourquoi vouloir le bâillonner? Entendons-nous bien, je ne suis pas en train de dire que vous devez laisser votre chien aboyer sans tenir compte de votre bien-être et celui de vos voisins! Mais, il est impossible de les rendre silencieux en toutes circonstances.

Non seulement il aboie, mais le chien creuse, patauge dans l’eau ou la boue, saute sur les gens, se sert de sa gueule pour prendre des objets, joue et se chamaille. À vous de l’éduquer et de lui apprendre la politesse, ainsi que le contrôle de ses instincts naturels. On ne peut pas éliminer l’instinct du chien, mais on peut rediriger cet instinct vers un comportement acceptable pour votre famille. Éducation négligée = chien problématique.

Au final, le chien devient servile parce qu’il est captif et qu’il apprend à répondre aux demandes de sa famille humaine, qui lui enseigne la politesse et des mots qui sont reliées à des actions (assis, couche, viens…).

TOUT animal gardé en captivité pour notre plaisir ou pour nous aider dans notre quotidien (travail, loisir) est un animal servile.

Le chien est-il un animal servile?