Le Schutzhund, un sport rempli de préjugés

Publié le par Johanne Parent

Le Schutzhund, un sport rempli de préjugés

Le weekend dernier avait lieu le championnat régional IPO à L’Avenir (province de Québec). J’y suis allée comme spectatrice, et je ne fus pas déçue. De belles rencontres avec des gens passionnés du chien, qu’ils soient spectateurs, propriétaires ou professionnels canins.
Le Schutzhund est un sport qui regroupe trois disciplines : le pistage, l’obéissance et la protection. Ce sport exige du chien une maitrise de ces trois disciplines. Bien que ce sport soit accessible à tous les chiens de travail (races de berger, Doberman, Rottweiller, Boxer, Schnauzer, etc), on y voit principalement le Berger Allemand. Cette année, j’ai eu la surprise de voir quelques Bergers Australiens sur le terrain.
Encore pointé du doigt par des incultes comme étant un sport de débiles agressifs ou de macho en manque de confiance en eux qui se servent du chien pour assouvir leurs bas instincts de dominance et de cruauté… le Schutzhund est tout, sauf ça!
Le Schutzhund, c’est le travail d’une équipe. Un homme (ou femme) et un chien qui doivent démontrer leur talent lors d’un concours de pistage, d’un concours d’obéissance et, au final, d’un concours de protection.
En obéissance, le chien doit répondre au commandement du propriétaire sur un vaste terrain gazonné. Ils sont en extérieur, et non dans une enceinte à l’intérieur d’un bâtiment comme pour les concours d’obéissance du CKC. De la distraction, il y en a avec les spectateurs debout ou assis autour de l’enceinte!
En protection, le chien doit démontrer un contrôle de sa morsure et de son instinct prédateur. Il doit intervenir et attaquer uniquement sur commandement. Le chien de Schutzhund, n’est pas (du moins si le travail a été bien fait) un chien dangereux.
Ce weekend, je n’ai vu aucun chien corrigé inadéquatement ou brutalisé.
J’ai vu des chiens équilibrés et joueur, qui étaient récompensés et motivés en renforcement positif, par le jeu, avec l’aide d’un boudin ou d’une balle.
J’ai vu des chiens qui ont gaffés… retourner s’asseoir au pied du juge au lieu du propriétaire, se coucher au lieu de s’asseoir… et aucune correction ou frustration visible. Le manieur (la plupart du temps le propriétaire du chien) sortait du ring avec le sourire et jouait avec son chien. J’ai vu des femmes en compétition, pas seulement des hommes.
J’ai vu des gens qui aiment réellement leurs chiens.
En protection, j’ai vu des chiens courir tout droit en direction du juge puis, s’apercevant que celui-ci n’avait pas de « sleeve » de protection, ralentir puis bifurquer vers l’homme d’attaque. Un chien agressif aurait chargé le juge.
J’ai même vu un superbe Pittbull tout en muscle, social et qui se laissait caresser par tout le monde… et aucun grognement ou tentative d’agression envers un autre chien sur place… mais ça c’est un tout autre débat ;)


Bref, le Schutzhund est un sport parmi les autres. Un sport tout aussi valable que les autres. J’ai vu des dizaines de Berger Allemands équilibrés et qui représentent leur race dans ce qu’il y a de mieux : chiens solides physiquement et entre les oreilles, aptes au travail pour lequel la race avait été créée. Rien à voir avec les bergers d’exposition.
J’ai énormément plus de respect pour le Schutzhund et ses participants, que pour les gens qui, sans avoir un plein contrôle de leur chien en obéissance avec distractions, font dresser leur chien pour la protection familiale.
Ce weekend, j’ai rencontré des propriétaires de Berger Allemand m’avouer que leur chien n’était pas encore prêt pour leur IPO 1 malgré les nombreux mois de travail, tout simplement parce que pour eux, la relation est plus importante que tout le reste et qu’ils ne font pas les coins ronds.
Peu importe le domaine ou le métier, il y aura toujours une minorité d’imbéciles. Le Schutzhund ne fait pas exception. Est-ce une raison pour condamner ce sport, quand la majorité des participants font la norme : respect du chien, renforcement positif, plaisir, travail d’équipe…