Désensibilisation ou sensibilisation?

Publié le par Johanne Parent

Désensibilisation ou sensibilisation?

Ce qui les sépare? Une ligne mince comme une feuille de papier.

Je parle souvent de désensibilisation à mes clients. Je prépare mes chiots en fonction de leur future vie de chien de compagnie en les désensibilisants à plusieurs stimuli. Je sensibilise mes clients (élevage, obéissance et comportement) à être à l’écoute de leur chien, afin d’améliorer leur vie quotidienne.

Depuis 20 ans, je ne me contente pas de parler de socialisation. Rendre un chien social aux humains et aux autres chiens n’est qu’une partie de tout ce qu’un propriétaire doit faire avec son chiot. En plus de la socialisation, il doit désensibiliser le chien aux différents environnements, incluant des surfaces, des bruits et bien d’autres stimuli. Le travail du propriétaire sera d’autant plus facile si l’éleveur a aussi investi temps et énergie pour bien préparer le chiot. La photo qui accompagne cet article est celle de ma toute première Eurasier nommée Shaggy et date de 1993, alors que je travaillais sa peur des hommes associée à la désensibilisation aux surfaces.

La désensibilisation aux surfaces, connait un essor actuel sous le nom de proprioception. La proprioception est de plus en plus populaire en France et au Québec. On cherche à développer l’équilibre et le bon développement physique et psychologique du chien. On utilise des objets, des obstacles, des surfaces. Les professionnels canins utilisent les mots Gym, Fitness ou Parcours de Confiance pour désigner leur classe de proprioception. La désensibilisation aux bruits et autres stimuli a pour but d’obtenir un chien moins réactif aux événements du quotidien.

Toutes ces désensibilisations doivent obligatoirement être mises en place par une personne qualifiée. Les qualifications requises sont nombreuses. On doit posséder des notions indispensables, afin de comprendre comment fonctionne le corps, d’éviter tout risque de blessure et, surtout, tout risque de sensibilisation!

Quels sont ces notions indispensables?

  • anatomie du chien
  • physiologie du chien
  • biomécanique du chien
  • conditionnement physique (indispensable pour éviter les blessures du chien)
  • psychologie du chien (pour reconnaître et gérer les émotions canine)
  • psychologie de l’apprentissage (pour bien comprendre les notions de désensibilisation et de sensibilisation, ainsi que d’habituation)
  • comportement canin (pour comprendre les causes et effets, et savoir gérer le tout)

Savoir où arrêter et comment réagir face à un chien qui a peur est un art qui n’est pas donné à tous. Trop souvent les éducateurs canins inclus des exercices de proprioception en copiant ce qu’ils voient sur Internet, sans réellement comprendre ce qu’ils font. L’impact de leur intervention peut être positif et négatif sur le chien! Avec le même objet ou bruit, on peut désensibiliser ou sensibiliser un chien! Sensibiliser, c’est rendre plus sensible et plus réactionnel au stimulus utilisé.

Chaque obstacle, chaque surface, chaque désensibilisation à un but précis. Lorsque l’éducateur canin s’improvise, il arrive trop souvent qu’il sensibilise le chien au lieu de le désensibiliser. La peur du chien augmente et ça dérape. La peur cause du stress émotionnel, qui est la cause de l’anxiété. L’anxiété du chien plafonne de plus en plus haut.

  • Il peut devenir incontrôlable, car trop excité ou exubérant.
  • Le chien peut aussi développer des phobies ou de la névrose.
  • Il pourrait démontrer de l’agressivité causée par la peur.
  • Il pourrait même développer une hypersensibilité à tous les bruits environnant.

Dans tous les cas de désensibilisation ou d’exercice de proprioception :

  • le chien doit être calme
  • l’apprentissage doit se faire à son rythme
  • il faut être à l’écoute des signes d’inconfort du chien et savoir comment les gérer
  • l’excitation doit être maintenue au niveau le plus bas (Il ne s’agit pas d’un cours d’agilité!)
  • chaque obstacle ou stimuli doit d’abord être clairement expliqué au propriétaire
  • les buts et objectifs doivent être précis et positifs

Dans ce domaine, comme dans le monde canin en général, aucune formation n’est officiellement reconnue… ce qui laisse place à bien des incompétents. Ces gens exploitent le jeu en oubliant d’enseigner les autocontrôles, ce qui au final, nuit grandement à la relation entre le propriétaire et son chien.