INTERNET et ses fameux forums

Publié le par johanneparent.over-blog.com

 

chien

 

 

 

Avec Internet, les forums de discussion sont devenus des pierres angulaires indispensables pour plusieurs personnes. C’est via ces forums que les gens se renseignent, s’informent, posent des questions et donnent des conseils.

 

Parmi les membres d’un forum, il y en a toujours qui donnent des conseils que le novice ne devrait pas suivre. Certaines personnes ayant eu du succès ou de la facilité à corriger un problème « x » ou « y » avec leur chien, ou ayant lu un article sur le sujet, se croient alors spécialistes de la question.

 

La rééducation canine n’est pas toujours aussi facile que certains le croient. Prenez l’exemple de ce chiot Bouvier Bernois, acheté chez un « éleveur » à l’âge de 6 semaines et qui a peur de tout, même du conjoint qui rentre tard le soir.

 

Certaines personnes recommanderont l’obéissance alors que d’autres suggèreront au propriétaire d’aller vite fait au centre d’achat le plus près et de demander aux gens de caresser le chiot en échange d’une gâterie… de faire ce que l’on nomme une immersion.

 

L’immersion peut aider certains chiens, mais la plupart du temps elle servira seulement à empirer la situation. Pour ce qui est de l’obéissance, elle ne développera pas sa confiance en lui et pourrait même, si les techniques d’apprentissage sont mal adaptées, développer un réflexe d’opposition pouvant mener à l’agressivité. J’entend par obéissance l’association « mot = geste » (assis, coucher, au pied…. Traditionnels des centres canins).

 

Un chiot qui part sa vie du mauvais pied avec un manque fondamental de socialisation ainsi qu’un sevrage précoce aura des problèmes d’adaptation. Il faut à ce chiot une éducation spécialisée, basée sur le développement de sa confiance en lui.

 

Lorsque l’on parle d’un problème de privation sensorielle en bas âge, c'est-à-dire d’un manque crucial de socialisation avant l’âge de 10 semaines, la meilleure personne qui puisse nous aider est un spécialiste en comportement canin du type pathologique, c’est-à-dire une personne possédant les connaissances nécessaires pour effectuer une thérapie comportementale adaptée au cas par cas.

 

Malheureusement trop de professionnels du chien prétendent être des spécialistes du comportement alors qu’en réalité ils ne possèdent qu’une connaissance limitée du sujet. Il n’existe pas de thérapie comportementale générale…. Chaque chiot, chaque chien étant différent, on ne peut jamais généraliser.

 

Avant d’établir une thérapie, il faut évaluer le chien et cette évaluation ne peut se faire ni par téléphone ni par Internet. Une évaluation comportementale doit impérativement se faire en personne. Il faut voir le chiot/chien afin de comprendre son mécanisme de défense et ainsi pouvoir établir une thérapie adaptée avec son propriétaire.

 

Même s’il a un doctorat, on ne va pas chez le dentiste parce qu’on a mal au gros orteil! Alors faites de même pour votre chiot. S’il présente un problème de comportement, n’allez pas consulter le maître-chien, le forum de discussion ou le club d’obéissance du coin. Cherchez plutôt un vrai spécialiste du comportement.

 

Ça coûte cher?

 

Malheureusement les services d’un professionnel ne sont jamais gratuits.

 

Ce sera long avant que le chiot n’ait plus peur?

 

Une rééducation ne se fait pas en criant ciseau. Les remèdes miracles n’existent pas. Il faut beaucoup de temps et de patience pour y arriver. Il est rare qu’une thérapie pour un problème pathologique soit complétée totalement en moins de 3 mois!

 

Lorsqu’on achète un chiot en animalerie ou dans un centre canin, on ne peut jamais être certain de sa provenance, de son âge ni de ce qu’il a vécu. Un chiot né dans une cave, un garage, une grange, un chenil…. n’est jamais aussi bien préparé à la vie chez les humains que celui qui naît dans la cuisine pleine d’activités humaines.

 

C’est le devoir de l’éleveur de commencer la socialisation et l’éducation des chiots; mais c’est l’obligation de l’acheteur de bien se renseigner avant l’achat d’un animal.

 

Vous devez choisir un animal adapté à vos attentes et vos besoins réels. On ne le dira jamais assez, les coups de cœur finissent la plupart du temps par des divorces. L’achat impulsif se termine souvent par un abandon de l’animal.

 

Si vous avez la flamme de vouloir sauver le monde, donnez quelques heures de bénévolat dans les refuges et SPCA. N’achetez jamais un chiot parce qu’il fait pitié. Tant et aussi longtemps que les gens achèterons leur chiot chez de mauvais éleveurs ou dans des animaleries; il y aura toujours une offre. L’offre est fonction de la demande. Si personnes n’achète les chiots provenant d’animaleries, de fermes d’élevage ou d’école d’obéissance; ces commerçants n’offriront plus de chiots.

 

Pensez-y avant… et non après.

 

Johanne Parent

 

 

Publié dans comportement canin