La presse écrite : un média qui manque parfois de discernement

Publié le par Johanne Parent

Qu’elle surprise de lire qu’il faut se fier à son instinct et choisir le chiot de la portée qui vient vers soi spontanément. Que c’est CE chiot, de cette portée qu’il faut choisir!

 

Depuis plus de 20 ans que j’explique aux gens que le chiot qui vient vers soi n’est fort probablement pas le bon, je trouve aberrant de lire le contraire. En effet, dans la plupart des cas, celui qui aura une plus grande tendance à la dominance sera le premier à aller de l’avant. C’est peut-être tout simplement celui qui est réveillé au moment de votre visite, alors que les autres dorment après un long jeu et sont donc plus calmes et moins rapide à venir vous voir. Que de conneries on peut lire dans les médias parfois!

 

Évidemment ces conseils, ces mini articles ne sont pas signés! Qui en est l’auteur, on ne sait pas, mais le média en question devrait s’adresser à de vrais spécialistes en la matière avant de publier des âneries.

 

Quand on écrit que le Golden Retriever est un chien doux avec les enfants, on laisse supposer que c’est un excellent chiens de famille pour cohabiter avec des tout petits, une bonne nounou de garderie! Malheureusement, comme bien des races à la mode, le cinéma à rendu le Golden trop populaire, ce qui a toujours un effet secondaire néfaste sur la race. Les gens se lancent en élevage de Golden parce que c’est une race facile à vendre et font des chiots sans se préoccuper de la stabilité émotive des parents. Après à peine 2-3 générations, on se retrouve avec des chiots instables qui, malheureusement, auront une forte tendance à la peur pouvant même mener certains à l’agression. D’ailleurs le Golden fut l’une des 5 races reconnues pour le taux le plus élevé de morsures aux Etats-Unis en ce qui concerne les statistiques dans les années qui ont suivi la sortie du premier film Tobby™. Comme quoi, il ne faut jamais se fier  au pyjama que porte un chien pour le choisir! Une race, c’est juste un pyjama différent, car en dessous, c’est uniquement un chien.

 

Méfiez-vous de toutes les races à la mode, car trop d’éleveurs ne font pas attention au mental du chien. Ils se contentent de présenter leurs chiens en concours de conformation pour obtenir un titre de champion canadien et de faire les tests de dépistage de base tels que la dysplasie et les maladies oculaires. Mais qu’en est-il du caractère individuel des chiens qui serviront à la reproduction?

 

Quand je lis que le Colley est un chien loyal et protecteur, mais que ça peut devenir un défaut s’il est mal socialiser; je me bidonne comme disent si bien certains de mes amis outremer! TOUT chien, peu importe sa race, s’il est mal socialisé peut devenir agressif (généralement par peur).

 

Le Colley est un chien de berger et, comme tous les chiens de type berger, il peut avoir la morsure facile puisque c’est dans leurs gènes de mordre les jarrets des animaux. Il faut donc choisir un chiot provenant de parents équilibrés et ne pas négliger la socialisation et l’intégration familiale du chiot, si on veut éviter ce problème.

 

Que l’on parle de Colley, de Berger Australien, de Border Colley, de Berger Allemand, de Berger Belge…. bref dès que l’on parle d’une race qui avait été sélectionnée pendant des centaines d’années pour travailler avec les troupeaux, il faut socialiser. Dès qu’on parle de races de garde comme les bouviers et les molosses, il faut socialiser. Dès qu’on parle de races de chasse comme les terriers, les rapporteurs, les lévriers, les épagneuls… il faut socialiser. En fait, peut importe la race ou le chien, quand la socialisation et/ou l’intégration familiale est déficiente, on se retrouve vite avec un chien problème qui peu mordre.

 

Le chien est un chien, peut importe sa race! Pour avoir un chien équilibré, on doit impérativement choisir un chiot provenant de parents équilibrés et sociaux. Ce n’est pas toujours possible de voir le père quand on visite un élevage, mais la mère y est puisqu’elle est avec ses chiots! En achetant un chiot provenant d’une animalerie, vous ne savez rien. Vous devez vous fier aux vendeurs qui, parfois, ne s’y connaissent que très peu et vous diront ce que vous voulez entendre et non la réalité des faits. Un vendeur est là pour vendre! Et quand on sait que la majorité des travailleurs en animalerie sont payés au salaire minimum, il est logique de déduire que ces gens ne sont pas des professionnels. Avec la connaissance, vient le professionnalisme et le salaire… Je ne connais aucune animalerie qui peut se permettre de payer le salaire d’un vrai professionnel canin pour vendre ses chiots, en prendre soins et donner les informations pertinentes aux clients.

 

Pour ce qui est des refuges, la grande majorité des chiens en refuges ont d’abord été des chiots d’animaleries! En refuge, vous sauvez une vie, mais à quel prix? Assurez-vous d’abord que le chien que vous sauvez est stable et équilibré. Encore une fois, ne vous fiez pas à n’importe qui et dans le doute, faite évaluer ce chien par un professionnel en comportement canin.

 

La grande majorité des éleveurs ont un contrat de vente que vous devez signer. Par ce contrat vous vous engagez à ne pas faire reproduire votre chiot et à ne pas l’abandonner en le cédant à un tiers ou un refuge. La majorité des éleveurs ne veulent pas voir leurs chiots dans les refuges et ont une politique de retour. Dans tous les cas où vous ne pouvez plus le garder, vous serez tenu d’en aviser l’éleveur et/ou de le lui donner afin qu’il lui trouve une famille d’accueil.

 

Le prix de vente du chiot n’est rien comparativement au prix à payer pour corriger des problèmes. Mieux vaut payer tout de suite quelques centaines de dollars de plus pour acheter un chiot chez un éleveur de race pure qui vous offrira des garanties de santé, que d’acheter un chiot à problème que vous abandonnerez ou dont les frais médicaux seront élevés. Quand je vois certaines animaleries demander un prix exorbitant (le même prix qu’un chien de race pure) pour un chien de provenance douteuse, je trouve ça aberrant pour le client. Ce qui différencie un chien de race pure d’un autre, c’est son certificat d’enregistrement. Vous avez donc une preuve de la provenance du chiot.

 

L’achat d’un chien est un engagement pour 15 ans! Pensez-y avant, car après il est trop tard!

 

 

Johanne Parent

Publié dans actualité médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :