Le stress chez le chien

Publié le par Johanne Parent

Nous entendons parler de plus en plus de stress chez les animaux. Le perroquet qui se déplume; le chat qui urine partout; le chien qui se lèche compulsivement sont tous des signaux que l’animal nous envoie pour nous dire : « Tu vois ben que j’suis stressé! »

 

 

Les animaux sont très sensibles aux changements dans l’environnement familier et lorsque ces changements provoquent une instabilité chez l’animal, celui-ci développe du stress et parfois même de l’anxiété.

 

Tout comme pour l’humain, l’animal peut être affecté par le stress au point de développer des problèmes de santé physiques et/ou psychologiques. Le stress peut être bon ou mauvais selon les individus et les situations.

 

La maladie, la gestation, les chaleurs ou changements hormonaux, un voyage, passer quelques jours en pension, aller chez le toiletteur, aller chez le vétérinaire, un changement dans le groupe familial (arrivée ou départ d’un humain ou d’un animal), le manque d’activités sont toutes des causes possibles de stress. Dans certains cas, l’animal gère moins bien son stress et développera des symptômes plus sévères tels que l’anxiété, l’apathie, la dépression…

 

Le chien qui s’ennuie commencera souvent à mâchouiller (meuble, mur, escalier, etc), à détruire, à bouger les objets autour de lui, à boire ou à manger de façon excessive, à se lécher compulsivement pouvant mener à l’automutilation, à perdre le contrôle de ses sphincters…. bref il commencera à démontrer des comportement inacceptables par sa famille humaine.

 

Un chien stressé a tendance à aboyer beaucoup et certains pourront même se mettre à trembler.

 

Avant même de penser corriger le comportement d’un chien, il faut trouver la cause du stress et l’enrayer.

 

 

Prenons l’exemple suivant :

 

Vous avez une douleur au pied. Vous allez chez le médecin et il vous donne un antidouleur tout simplement et vous dit au revoir. Comment peut-il être certain que vous n’avez pas une fracture, une déchirure ou un autre problème sans passer de tests (radiographie, etc)? Il ne fait que traiter le symptôme (douleur) et non la cause.

 

 

Lorsqu’un chien démontre un problème du comportement, il faut donc trouver la ou les causes avant de vouloir corriger le problème et de rééduquer le chien!

 

Rien ne sert de chercher des trucs gratuits sur Internet ou en parlant aux « experts ». Il faut voir le chien, l’examiner et analyser son comportement à lui de façon individuelle avant même de pouvoir proposer une méthode ou une façon de changer le comportement indésirable.

 

En comportement canin, il n’existe aucune généralité!!!

 

La généralisation (le chien fait ceci, la correction se fait comme ça) est la mère de bien des problèmes et cause souvent la perte du chien!

 

Je m’explique….

 

Le chien a un problème et vous avez une personne qui ouvre un livre ou lit sur le web… dans ce type de problème on corrige comme ci ou comme ça. 

 

Attention… dans la plupart des cas, les méthodes proposées ne feront qu’amplifier le stress de l’animal ou favoriseront une détérioration… Le chien arrêtera peut-être, mais il commencera un autre problème.

 

Par exemple, il arrêtera de sauter sur les gens, mais commencera à trembler devant eux et/ou à les éviter.

 

Tout comme l’humain, le chien a besoin d’activités physiques. Il doit courir, sauter, jouer. Il a aussi besoin de challenge psychologique. Tout comme l’humain, il aime relever des défis. Des jeux ont été mis sur le marcher pour stimuler les neurones du chien. Il doit pousser, gratter, tirer quelque chose pour obtenir une friandise cachée. Le jeu de cherche et trouve est aussi un excellent jeu pour stimuler l’intellect du chien. Le propriétaire cache une friandise dans la maison et stimule son chien à la chercher.

 

Alors si votre chien a un problème de comportement, ne vous fiez pas au premier venu et commencez par analyser la situation. Pourquoi mon chien fait-il ceci? Pourquoi mon chien réagit-il comme ça?

 

Et si vous ne trouver pas la ou les raisons qui causes ce problème, alors contactez un vrai spécialiste en comportement canin qui ne vous vendra pas tout simplement un cours d’obéissance!!!!

 

L’obéissance n’est rien sans l’établissement d’un lien Homme-Chien équilibré.

 

Chez l’humain, on parle de plus en plus du stress pouvant être la cause du développement de certaines maladies comme les problèmes digestifs, les allergies, les problèmes cardiaques et même le cancer.

 

Il en va de même pour l’animal car dans bien des cas, le vétérinaire diagnostique un problème de santé dont la cause est idiopathique… c’est-à-dire sans cause connue réelle.

 

 

Voici quelques conseils qui vous aideront à gérer le stress chez votre chien :

 

  • Offrez-lui de l’exercice quotidien (au moins 30 minutes de marche 2 fois par jour)
  • Variez vos itinéraires… ce sera moins ennuyeux pour vous et pour votre chien.
  • N’utilisez pas la correction sous forme de coups et de cris. Crier et donner des claques augmentent le stress et l’anxiété chez le chien.
  • Ne laissez pas votre chien s’emmerder. Stimulez-le et offrez-lui des périodes d’interaction avec vous. Jouez! Brossez-le ou encore pratiquez des trucs comme donner la patte et faire le beau.
  •  Offrez-lui une nourriture de bonne qualité. Le chien en carence alimentaire ou obèse subit un stress. Le chien  qui éprouve des difficultés de digestion subit un stress.
  • Contrairement à la croyance populaire, offrir un compagnon à notre chien pour qu’il ne s’ennui pas, n’est pas la solution miracle. Vous aurez deux chiens à prendre soins. De plus, si le premier s’ennui, il y a fort à parier que l’arrivée du second chien n’y changera rien ou qu’elle doublera vos problème.
  •  Si votre chien développe de l’anxiété de séparation, du léchage compulsif ou de l’hyperactivité… demandez de l’aide à un professionnel qualifié en comportement canin. Ils sont peu nombreux, car la majorité des maîtres-chiens ou éducateurs ne possèdent ni les connaissances, ni l’expérience pour reconnaître un problème pathologique… Tout comme le médecin généraliste n’est pas cardiologue et ne fera pas de chirurgie cardiaque, l’éducateur et le maître-chien ne travaillent pas en comportement canin.

 

Johanne Parent

Publié dans comportement canin